• Enfance – Nathalie Sarraute

    Des relations ont été nouées entre Michel Leiris, Jean-Paul Sartre et Nathalie Sarraute. En particulier, la relation de cette dernière à Sartre a été importante. Nathalie Sarraute avait lu Les Mots.

    Elle publia Enfance en 1983, lorsqu’elle avait 82 ans, et continua à écrire ultérieurement. Cet ouvrage retrace son évolution depuis sa naissance à Ivanovo, en Russie, en 1900, sous le nom de Natacha Tcherniak. Son père était un scientifique, alors que sa mère écrivait des romans et des contes. En 1989, elle publia encore Tu ne t’aimes pas, qui exprime une forme de narcissisme inversé.

    Après la séparation de ses parents, la jeune Natacha suivit sa mère à Paris, dans le Vème arrondissement, avec le nouveau mari de celle-ci, un jeune étudiant russe. Natacha rejoint plusieurs fois son père, soit en Suisse, soit en Russie, puis à Paris.

    En 1906, elle suivit sa mère, qui décida d’aller vivre à Saint Pétersbourg, et s’en retourna à Paris trois ans plus tard pour retrouver son père avec sa seconde femme.

    Après cinq années de séparation, ses retrouvailles avec sa mère tournent court. Natacha poursuit ses études au lycée Fénelon et elle commence à écrire, sur l’incitation de son professeur de français.

    En 1920, elle passa son baccalauréat et réussit une licence d’anglais, qu’elle alla compléter à Oxford.

    Après quelques nouveaux séjours à Paris, puis à Berlin, elle s’inscrit en droit à Paris, où elle rencontre Raymond Sarraute, qu’elle épousa en 1925. Ils auront trois filles et elle devint avocate.

    Ultérieurement, elle abandonna sa profession pour se consacrer à l’écriture. Elle publia d’abord Tropismes dans les années 1930, avant de refaire un voyage en Russie. Tropismes ne connut le succès que quelques années plus tard.

    Pendant la seconde Guerre mondiale, Nathalie Sarraute, malgré son ascendance juive, refusa d’aller se réfugier en Suisse comme le firent son père et sa belle-mère. Elle fut contrainte de se cacher dans la vallée de Chevreuse.

    Après la Guerre, peu à peu le succès vint, avec Portrait d’un inconnu, préfacé par Sartre, puis Martereau.

    Ses essais des années 1940 à 1950, réunis sous le titre l’ère du soupçon seront reconnus ultérieurement comme les débuts du Nouveau Roman.

    Ce sera le déclenchement d’une notoriété croissante, qui accompagnera la publication d’un grand nombre  de romans et pièces de théâtre.

    Elle prit ses distances avec Sartre ainsi qu’avec Michel Leiris. Pour sa part, elle ressentait une impossibilité d’envisager une confession sexuelle. Cependant, elle connut des épisodes communs à ses devanciers : en particulier elle subit l’opération des végétations, comme Michel Leiris.

     

    Une édition de la Pléiade paraît en 1996, précédant de trois ans le décès de Nathalie Sarraute.

     

    Partager via Gmail

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :