• L’homme Moïse et la religion monothéiste – Freud

    Dans cet essai, Freud, comme il l’avait déjà initié dans Totem et Tabou, entreprend de traiter d’une question de civilisation et d’histoire. Partant de la situation de l’enfant Moïse déposé dans un panier sur les flots du Nil peu après sa naissance, Freud procède à l’analyse de sa biographie.

    Sachant par l’Histoire officielle que le petit Moïse aurait été sauvé des eaux et recueilli par une princesse égyptienne, Freud déduit que l’enfant aurait été élevé à la cour du Pharaon et, selon lui, cet enfant qui bénéficia d’une telle chance, était un petit Egyptien. Le hasard voulut qu’au moment où Moïse bénéficiait de la protection de la princesse, le nouveau Pharaon était Akhenaton, qui fut un grand réformateur de la religion égyptienne, imposant à son peuple l’abandon de la religion traditionnelle au profit d’une nouvelle religion, le culte d’Aton, qui avait la particularité d’être la première religion monothéiste de l’Histoire de l’humanité.

    Le jeune Moïse aurait repris à son compte l’enseignement d’Akhenaton et, observant qu’en Egypte vivait une catégorie de parias nommés « les Juifs », il décida de les prendre en charge pour les conduire vers une terre plus hospitalière et, par la même occasion, de leur enseigner les bienfaits de la religion monothéiste, en vue de les convertir.

    Séduits par le discours de cet homme fort, les Juifs acceptèrent de suivre Moïse en direction de la terre de Canaan. A ce stade, le propos de Freud rejoint le texte biblique. Seulement, au terme de cette migration, excédés par toutes les injonctions que leur adressait leur chef, déjà considéré comme le père de leur peuple, les Juifs emmenés par Moïse décidèrent de le tuer. C’est ainsi que le judaïsme, que les Juifs conservèrent après le meurtre de Moïse, serait la première religion monothéiste fondée sur le thème du meurtre du fils, Moïse pouvant être considéré comme le fils du fondateur Akhénaton.

    Naturellement, cette histoire repose sur un grand nombre d’hypothèses que Freud s’efforce d’étayer à  partir de ses propres découvertes dans le domaine qu’il créa lui-même, la psychanalyse.

    Ainsi, comme dans Totem et Tabou, Freud appuie ses déductions sur les schémas de l’analyse du psychisme, ce qui peut leur conférer une certaine crédibilité, sans qu’aucune démonstration ne puisse en attester la véracité sur le plan historique.

     

    Vous pouvez aussi être intéressé par :

    Deuil et mélancolie – Sigmund Freud

     

    L’inquiétante étrangeté – Sigmund Freud

     

    Totem et tabou – Sigmund Freud

     

    L’Homme aux loups – Sigmund Freud

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :