• La Chartreuse de Parme – Stendhal

    A quinze ans, à l’occasion d’un exposé qui m’avait été demandé, j’exprimais l’ennui relatif que m’avait causé la lecture de La Chartreuse de Parme, ce qui procura un certain dépit à mon professeur de français, Mademoiselle P.

    La relecture que je viens d’achever ne m’a pas occasionné de tels sentiments, même si les querelles multiples des courtisans du Prince de Parme me paraissent toujours aussi longues.

    Comme le notait justement Julien Gracq, dans La Chartreuse de Parme tout est mouvement et certaines scènes sont particulièrement réussies, comme le passage de Fabrice del Dongo à la bataille de Waterloo, où il apparaît complètement égaré, absolument incapable de participer aux combats. Dans ces circonstances, il lui fallut le secours d’une brave cantinière pour éviter de subir un mauvais sort. Le lecteur comprend vite que le héros idéaliste manque quelque peu du sens des réalités à cette occasion. Il s'agît assurément d'un bon exemple du sens de l'humour de Stendhal.

    La suite du roman voit cet antihéros alterner peines et joies dans un contexte politique de micro Etats italiens, où chaque responsable d’une fonction s’imaginerait volontiers doté de la sagacité d’un Machiavel.

    Hélas, à l’exception d’un grand ministre, on y trouve plutôt des individus médiocres, qui recherchent activement les faveurs du Prince, sans accorder de grands scrupules à l’exercice de leur mission.

    Dans l’ensemble, la description de la vie de cette cour et des avatars qui touchent Fabrice del Dongo, de ses amours avec sa tante la superbe Duchesse Sanseverina, et avec la jeune Clélia Conti, la fille du directeur de la prison où il est enfermé, à son accession au poste de coadjuteur de l’archevêque de Parme, auquel il est destiné à succéder – un bien grand honneur accordé à un jeune homme dont la vie n’est pas un modèle de vertu - , permettent au lecteur de se bâtir une vision colorée de cette politique des Etats morcelés de l’ancienne Italie, si bien analysée par Machiavel quelques siècles plus tôt.

     

    Autres articles consacrés à Stendhal :

    Vie de Henry Brulard – Stendhal

    Lamiel – Stendhal

    Armance – Stendhal

    Partager via Gmail

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :