• La Fille qui tombe du ciel – Simon Mawer

    Ce roman très documenté traite d’un épisode peu connu de la Seconde Guerre Mondiale : la formation à la résistance par les services secrets britanniques de jeunes Français passés en Grande Bretagne et leur action ultérieure dans la France occupée. Parmi ceux-ci, trente neuf femmes se sont engagées.

    Simon Mawer fait suivre au lecteur l’itinéraire de l’une de ces femmes, Marian Sutro, née dans une famille franco-britannique et élevée à Genève, ce qui l’a rendue parfaitement bilingue en anglais et français.

    L’accueil de ces jeunes gens, qui ont déjà dû traverser la Manche, est effectué à Londres, avant leur transfert en Ecosse où ils suivent une formation militaire poussée : endurance physique, maniement des armes, appréhension du risque, capacité à vivre incognito dans un pays où les résistants sont traqués.

    Au terme de cette formation qui nécessite déjà des nerfs d’acier et une excellente condition physique, la jeune héroïne, lors de son retour à Londres, rencontre encore son frère, physicien de haut niveau, qui commence à l’initier au stade des recherches en cours sur la fission nucléaire.

    Enfin, l’embarquement survient, et la jeune Marian, devenue Alice dans sa nouvelle vie, saute en parachute, de nuit, dans le sud-ouest de la France, où elle est accueillie avec ses compagnons par un groupe de résistants. Commencent alors les premières actions de résistance dans la région, sous les ordres du chef de groupe, autoproclamé « le patron ».

    Ultérieurement, Alice reçoit l’ordre de se rendre à Paris. C’est là que le roman atteint sa plus forte intensité, dans la capitale occupée par les troupes allemandes, truffée de délateurs potentiels, dans laquelle la vie quotidienne est une épreuve entre restrictions alimentaires et insécurité.

    Marian y retrouve un ancien amour de jeunesse, Clément, lui aussi physicien atomiste, déjà marié, professeur au Collège de France, qui parfait l’information de Marian sur l’enjeu de l’atome.

    Marian erre dans la ville au fil des missions qui lui sont confiées, entrecoupant son séjour de brefs déplacements en province. A Paris, elle loge chez son ami Clément, dans le Quartier Latin, jusqu’à ce que son action aboutisse à un heurt avec les troupes d’occupation.

    D’une manière générale, ce roman brille par la précision de ses descriptions d’une époque des plus tragiques. Le lecteur ressent chez l’auteur une profonde empathie avec son héroïne et un fort attachement à la France, qu’il connaît particulièrement bien.

    Partager via Gmail

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :